Káposztás tészta ou káposztás kocka, les pâtes hongroises au chou


Vous ne trouverez sans doute pas ce plat hongrois, aussi rustique qu'économique, dans les restaurants de Budapest. Pourtant il est emblématique de la cuisine hongroise. Il s'agit d'une recette toute simple de pâtes cuites avec du chou, et servies très poivrées.

Appelé indifféremment káposztás tészta (pâtes au chou - prononcer kaposstach tésstà) ou káposztás kocka (cube au chou, prononcer kaposstach kotskà), ce plat est sucré ou non, suivant les familles. Chez nous, il ne l'était pas. J'ai donc choisi de le présenter ainsi.

Les pâtes occupent une place importante dans la cuisine hongroise et dans le passé, elles étaient toujours fabriquées maison. Je me souviens de Maman, étalant la pâte finement au rouleau, puis me laissant avec une petite roulette, dessiner de longues bandes qui servaient ensuite à façonner des formes rectangulaires, les fameuses lebbencstészta. Aujourd'hui, on utilise le plus souvent des pâtes sèches déjà préparés, et la forme importe peu.

Je n'ai pas réalisé les pâtes moi-même, je l'avoue. En revanche, j'ai voulu conserver à peu près la forme des pâtes de Maman, donc j'ai choisi d'utiliser des paccheri, en forme de gros tubes. Une fois cuites, je les ai ouvertes, puis coupées en quatre pour qu'elles ressemblent - un peu - aux fameuses pâtes maison de Maman.


Ingrédients pour 2 personnes

  • 1 chou blanc

  • 180 à 200 g de pâtes sèches (moi j'a opté pour des paccheri)

  • 2 cs d'huile

  • sel

  • poivre du moulin

  • 1 cc de sucré (facultatif, seulement pour la version sucrée)


Progression

Laver le chou, ôter les premières feuilles trop dures, puis le râper, pas trop finement. Parsemer de sel et laisser dégorger au moins 20 mn. Mais on peut le faire même la veille au besoin. Presser ensuite le chou, pour ôter l'excédent d'eau.


Dans une poêle, mettre à chauffer l'huile, puis ajouter le chou.


Le laisser dorer à feu plutôt vif environ 15 minutes, en remuant régulièrement. Il faut qu'il prenne une teinte marron clair. Ne pas ressaler mais poivrer une première fois. Lorsque le chou est cuit, baisser le feu et réserver.


Mettre de l'eau salée à bouillir et faire cuire les pâtes. Lorsqu'elles sont al dente, les égoutter, et - s'il s'agit de la même variété de pâtes que les miennes, donc des paccheri - les découper sur une planche (voir photo), pour les faire ressembler aux pâtes hongroises maison.


Les ajouter au chou dans la poêle, augmenter le feu et mélanger vivement une à deux minutes, pour que les saveurs se mélangent, mais en évitant que la préparation n'attache.


C'est prêt !


Servir immédiatement dans les assiettes, en ajoutant généreusement du poivre du moulin.

Régalez-vous !

Mon conseil

Pour la version sucrée, il faut d'abord faire caraméliser une cuillère à café de sucre avec l'huile de la poêle, puis ajouter le chou. Le reste de la recette est identique.


Ce plat est aussi excellent réchauffé.


0 commentaire

Posts similaires

Voir tout
T&T tradition transmission