Résultat de votre recherche

239 éléments trouvés

  • Potage au cresson détox sans pommes de terre

    J'avoue avoir du mal à comprendre que les pommes de terre - que j'aime beaucoup par ailleurs - soient quasi systématiquement ajoutées aux potages. Voilà pourquoi j'ai revisité la classique recette de potage au cresson sans ce féculent, pour un résultat, selon moi, plus subtil et plus léger qui sublime le petit côté piquant du cresson. Je vous propose deux versions : l'une carrément détox sans une once de matière grasse et l'autre un peu plus riche (mais à peine). Les deux sont délicieuses, rapides et faciles à réaliser. Ingrédients pour 2 à 3 personnes 1 belle botte de cresson 1 cube de bouillon de légumes 50 cl d'eau poivre de kampot (si possible, sinon poivre noir classique) 1 cs de crème fraîche (pour la version plus riche) 1 tranche de pain (pour la version plus riche) Progression Laver avec soin la botte de cresson, puis tout en gardant la botte liée, ôter les extrémités des tiges qui sont dures en les coupant avec des ciseaux de cuisine. Tailler ensuite grossièrement les feuilles et les tiges et les disposer dans une casserole. Commencer à faire fondre à feu doux, comme pour des épinards, puis ajouter le bouillon cube et 50 cl d'eau. Laisser cuire environ 10 minutes, puis mixer. Le but est de conserver une consistance semi épaisse, à mi chemin entre le potage et la purée et une belle couleur verte. Dans la version détox, rectifier l'assaisonnement en sel et c'est tout ! Servir à l'assiette en ajoutant un généreux tour de moulin à poivre, en mouture pas trop fine. 2e option : ajouter au potage une grosse cuillère de crème fraiche et mélanger. Découper la tranche de pain en petits cubes et les faire blondir dans une poêle avec un filet d'huile d'olive. Servir à l'assiette en parsemant le potage des petits croutons.

  • L'artisanat et les spécialités culinaires hongroises à l'honneur du 2 au 4 décembre à Paris

    Coup de projecteur sur les trésors magyars ! Que vous soyez hongrois, d'origine hongroise ou simplement amateurs de bonnes et belles choses, si vous habitez Paris ou la région parisienne, ne manquez pas la possibilité d'acheter des cadeaux originaux pour Noël, lors des journées d'amitié de la Mission catholique hongroise ce week-end à Paris. Cadeaux de Noël originaux et repas conviviaux sur place Cette anné la vente aura lieu les vendredi 2, samedi 3 et dimanche 4 décembre à la Mission catholique : 42, rue Albert Thomas à Paris 10e. Comme chaque année, elle fera la part belle : - à l'artisanat hongrois (broderies, porcelaines), - au plaisir des papilles (pâtisserie, saucissons, salamis, vins et alcools), - mais aussi aux livres, disques, jouets, bijoux... Et comme la convivialité fait partie de l'ADN des Hongrois, il sera aussi possible de déjeuner, goûter ou diner sur place en se régalant de mets traditionnels, avec des plats typiques tels que le savoureux töltött káposta, le chou farci (photo de gauche), ou l'irrésistible túrós rétes, gâteau feuilleté au fromage blanc (photo de droite). Informations pratiques : Enfin, sachez que vous pouvez commander et vous faire livrer toute l'année et dans toute la France les produits gastronomiques de Hongrie sur le site Hongrie gourmande !

  • Mon pot-au-feu "marxiste" avec sauce tartare

    Un pot-au-feu révolutionnaire ? Non, bien sûr. il s'agit d'un clin d'œil au Chef Thierry Marx. Pour cette recette de pot-au-feu, je lui ai emprunté quelques secrets. Notamment sa méthode de cuisson des légumes – aussi saine et diététique qu’originale – qui confère au plat une saveur incomparable. Voici donc un mix entre ma recette originale – très légère – et la touche « marxiste », qui ne l’est pas moins. Ingrédients pour 2 personnes 400 g de bœuf à braiser (paleron, macreuse, gîte) mais c’est aussi délicieux avec un jarret de veau. Perso, j’évite les viandes trop grasses, genre plat de côte, et les os à moelle, mais évidemment c’est affaire de goût. Un oignon piqué de 3 clous de girofle 4 carottes 2 navets 1/4 de boule de céleri rave 2 poireaux 2 pommes de terre 500 g de farine 200 à 250 cl d’eau 1 blanc d’œuf (facultatif) 1 bouquet garni (1 feuille de laurier, 1 brin de thym, le vert des poireaux, queue de persil) un morceau de gingembre gros sel, poivres en grain Pour l’accompagnement je préconise soit une sauce tartare soit une sauce hongroise au raifort. Pour la sauce tartare: 1 œuf entier + 1 jaune 1 cc de moutarde forte 4 à 5 cornichons ou quelques câpres 1 échalote persil huile de tournesol ou autre (sauf huile d’olive qui est trop parfumée) sel, poivre quelques gouttes de citron Progression Dans une large casserole, faire colorer à feu vif et sans matière grasse la viande au préalablement parsemée de gros sel (c’est le premier truc de Thierry Marx). Double avantage : ça exhausse le goût de la viande et ça donnera une belle coloration au bouillon. Ajouter ensuite le bouquet garni, une carotte entière épluchée, un oignon piqué de trois clous de girofle et le gros morceau de gingembre tel quel non épluché (ça c’est mon truc !), ainsi que quelques grains de poivre. Mouiller avec de l’eau à hauteur de la viande et laisser cuire à petits bouillon longtemps, très longtemps… 3 à 4 heures. Il faut que la viande devienne très tendre (vérifier avec la pointe d’un couteau). Penser à écumer en début de cuisson pour ôter les impuretés qui remontent en surface. Une fois cuite, laisser dans le bouillon pour la réchauffer au dernier moment. Pendant ce temps, préparer la pâte brisée qui servira à la cuisson des légumes. Car ils ne vont pas cuire dans le bouillon mais au four : c’est là que réside toute la subtilité de la recette "marxiste". Dans une jatte, mélanger la farine avec le blanc d’œuf puis progressivement avec l’eau pour obtenir une boule de pâte. Il est possible de ne pas mettre de blanc d’œuf mais comme j’utilise un jaune pour la sauce… autant se servir du blanc, et ça facilite la réalisation de la pâte. Laisser reposer la pâte, entourée de film alimentaire, au frigo pendant minimum 30 minutes. Elle peut évidemment être réalisée la veille. Laver et sécher les légumes puis les éplucher (sauf les pommes de terre), et les couper en deux. Les déposer dans un plat allant au four, sur un lit de gros sel. Préchauffer le four à 200°. Etaler la pâte au rouleau à pâtisserie puis en recouvrir le plat de légumes en ayant soin de bien la faire adhérer aux bords des parois. Mettre à cuire environ 30 minutes. Au sortir du four, la croûte doit avoir l'aspect d'une pâte brisée cuite. Casser la croûte. Les légumes sont parfaitement cuits et légèrement salés. Pour la sauce tartare : Réaliser une mayonnaise maison avec le jaune d’œuf, la moutarde et l’huile. (Voir la recette dans Mon club sandwich). Y ajouter 4 à 5 petits cornichons coupés en morceaux, une échalote finement ciselée, sel, poivre et beaucoup de persil (ou autres herbes à votre choix : cerfeuil, coriandre, ciboulette… ) pour la couleur. Ajouter enfin l'œuf dur (le jaune émietté et le blanc coupé grossièrement) et enfin une cuillère à soupe de bouillon pour lui conférer une texture souple. L’idéal est de préparer cette sauce quelques heures avant et de la mettre au frigo, recouverte d'un film alimentaire, pour permettre aux différents ingrédients de libérer leur saveur. Servir le pot-au-feu et présenter la sauce à côté. Mon conseil Ce plat hyper léger (si on ne prend pas trop de sauce…) est aussi goûteux que sain. Les légumes ainsi cuits ont vraiment une saveur incomparable et peuvent évidemment accompagner n’importe quel autre plat. Quant à la viande, s’il en reste, elle peut également servir le lendemain à confectionner un hachis parmentier ou entrer dans la composition d'une salade complète comme la salade Passiplé. Le bouillon est lui aussi à conserver. Il pourra servir comme base à des potages ou à la fameuse soupe hongroise avec des boulettes de pain azyme. Il peut aussi être congelé dans un récipient en plastique ou dans un bac à glaçons pour être ajouter par portion individuelle à des recettes ultérieures tels des bouillon cubes maison.

  • Fricassée de moules au fenouil et carotte sauce safranée

    Pour changer des moules marinières ou de leur version italienne impepata di cozze, voici une petite recette super bonne que j'ai récemment dénichée. Simple et inratable, elle est très facile à réaliser et peut se préparer en partie à l'avance, c'est bien pratique. En outre, son dressage, soit sur un plat familial, soit sur assiettes, est du meilleur effet. Cette recette de moules peut bien sûr être proposée en entrée, mais moi je l'ai servie en plat principal. Une recette saine et complète ! Ingrédients pour 2 à 3 personnes 1,5 l de moules de bouchot (soit environ 1 kg de moules) 1 cs d'huile d'olive 1 petit verre de vin blanc poivre noir Pour la garniture 1 carotte moyenne 1 bulbe de fenouil 1 cs d'huile d'olive Pour la sauce 10 cl de crème fraiche quelques pistils de safran (ou une dosette en poudre) 2 jaunes d'oeufs persil Progression Nettoyer et laver plusieurs fois les moules et jeter celles qui sont cassées. Dans un faitout, chauffer l'huile d'olive, y jeter les moules, ajouter le vin blanc, le poivre noir, couvrir et secouer sur feu vif jusqu'à ce que les moules soient ouvertes, soit quelques minutes. La seule partie fastidieuse consiste ensuite, à les décoquiller... mais le résultat en vaut la peine ;) En garder une douzaine dans leurs coquilles pour la présentation. Filtrer le jus de cuisson des moules à travers une passoire. Réserver. Laver le fenouil et la carotte, ôter les parties dures du fenouil et gratter la carotte. Les émincer ensuite en julienne (bâtonnets plus ou moins fins). Dans une sauteuse faire revenir les légumes avec l'huile d'olive, couvrir et laisser cuire à feu doux une dizaine de minutes. Attention : ne pas saler car le jus de cuisson des moules l'est suffisamment ! Une fois que les légumes sont bien tendres... ajouter les moules dans la sauteuse. Cette première étape peut être préparer à l'avance. Pour la suite, au moment de servir, réchauffer le jus de cuisson des moules, ainsi que la sauteuse contenant les légumes et les moules. Dans un bol, mettre les jaunes d'oeuf et la crème. Mélanger puis y ajouter une louche du jus des moules et fouetter. Ajouter les pistils de safran. Reverser cette préparation dans la casserole qui contient le reste de jus. Puis sans cesser de remuer, laisser cette sauce épaissir à feu doux jusqu'à ce qu'elle devienne nappante. Attention, elle ne doit surtout pas bouillir ! Il faut compter environ 5 minutes. C'est prêt ! Il ne reste plus qu'à servir dans des assiettes creuses. Disposer le mélange de légumes et de moules, quelques moules non décoquillées sur le pourtour, puis napper avec la sauce et terminer avec un peu de persil frais ciselé.

  • Csirkeleves la soupe de poulet hongroise

    Qui dit que la cuisine hongroise est lourde et grasse ? Il y a aussi la Csirkeleves (prononcer tchirkèlèvèch), littéralement soupe (leves) de poulet csirke, une soupe hongroise hyper simple, rapide à faire et très diététique. Dans sa recette, Maman coupait les légumes en petits morceaux. Moi je lui préfère la recette traditionnelle ou les légumes restent presque entiers, proche d'un pot-au-feu et de la poule au pot. Ingrédients pour 4 personnes 1 gros poulet fermier ou bio 2 belles carottes 1/2 céleri boule 1 gousse d'ail 1 oignon persil ou estragon sel une dizaine de grains de poivre noir 2 litres d'eau Progression Découper le poulet en huit : les ailes, les hauts de cuisse, les pilons, le blanc en deux. Perso, j'enlève la peau au maximum car autant j'en raffole quand elle est bien croustillante sur une volaille rôtie, autant cuite au bouillon je la trouve sans intérêt, grasse voire écœurante. Je la laisse seulement sur les ailes, trop difficile à enlever. Disposer ces morceaux dans une grosse cocotte. Vous pouvez ajouter également la carcasse pour obtenir un bouillon plus goûteux. Elle sera enlever avant d'ajouter les légumes. Recouvrir d'eau froide, saler et ajouter les grains de poivre. Porter à ébullition et écumer les impuretés qui remontent en surface. Au bout de 30 minutes de cuisson, ajouter l'oignon entier pelé, la gousse d'ail, les carottes pelées coupées en quatre dans la longueur et le demi cèleri, épluché et coupé en tranches épaisses. Laisser cuire encore 30 à 40 minutes puis éteindre le feu pour laisser reposer le tout. Au moment de servir, réchauffer délicatement, retirer les morceaux de poulet, de carottes et de cèleri et filtrer le bouillon pour le débarrasser des grains, de poivre, oignon, ail et impuretés restantes. Ajouter du persil haché (ou de l'estragon ce qui n'est pas hongrois, mais j'adore. Maman le faisait toujours). Disposer dans chaque assiette deux morceaux de poulet, carottes et cèleri puis verser dessus à la louche le bouillon persillé bien chaud. Mon conseil Etant donné que j'ai à la maison certains gros amateurs de pommes de terre, j'en fais cuire à part deux ou trois, épluchées et coupées en deux, dans une casserole d'eau salée. Au moment de servir, je les ajoute dans les assiettes à la demande. Mais ne surtout pas les faire cuire dans le bouillon, cela le troublerait. On peut ajouter dans le bouillon des petites pâtes, Maman y mettait parfois des pâtes alphabet ou des boulettes de pain azyme, pàska gomboc.

  • Gnocchis de potimarron au beurre de sauge

    Il vous reste de la purée de potimarron ? Vous pouvez préparer en dessert de délicieuses pancakes ou... déguster l'Italie en concoctant des gnocchi di zucca con burro e salvia, une recette italienne toute simple et vraiment très bonne. Le plus de cette recette végétarienne : on peut préparer ces gnocchi di zucca en plus grande quantité que nécessaire et les congeler (avant cuisson). Au moment de les cuisiner, inutile de les décongeler, il suffit de les jeter dans l'eau bouillante et d'attendre qu'ils remontent à la surface, comme des gnocchis frais. Bien pratique ;) Ingrédients pour 4 personnes 500 g de pulpe de potimarron (soit un potimarron d'environ 1 kg) 350 de pommes de terre (roses de préférence, type roseval) 150 g de farine 50 g de fécule de pommes de terre 1 oeuf noix de muscade sel, poivre Pour la finition 1 belle noix de beurre Quelques feuilles de sauge fraiches Progression Mettre à bouillir de l'eau salée et y faire cuire les pommes de terre avec leur peau. Si vous ne disposez pas de reste de purée de potimarron, couper le potimarron, ôter les graines, le débiter en fines tranches et mettre à cuire au four à 200° environ 45 minutes. Puis réduire la pulpe en purée. Sur une planche, verser la farine et faire un puits. Eplucher les pommes de terre et les passer à la moulinette sur la farine puis râper généreusement de la noix de muscade, saler et poivrer. Ajouter la pulpe cuite de potimarron et mélanger délicatement, si possible avec une corne de cuisine. Puis verser au centre l'oeuf. Mélanger à nouveau avec la corne en ramenant les extrémités vers le centre, Ajouter la fécule de pommes de terre et continuer à mélanger délicatement jusqu'à l'obtention d'une boule de pâte. Déposer la boule sur une planche, couvrir d'une jatte et laisser reposer à température ambiante environ 10 minutes. Reprendre la pâte, la couper en deux puis, sur une planche farinée, façonner avec chaque moitié des boudins, suivant la même méthode que pour les gnocchis classiques, ma recette à la sorrentina. Les débiter ensuite en petits gnocchis d'1,5 à 2 cm. On peut les marquer avec une fourchette pour les strier mais ce n'est pas indispensable. Moi je ne le fais pas. Mettre à bouillir une grande quantité d'eau salée et y jeter les gnocchis. Veiller à procéder en plusieurs fois si la casserole n'est pas assez grande pour éviter qu'ils ne collent entre eux. Parallèlement faire fondre à feu doux dans une poêle le beurre et y ajouter les feuilles de sauge lavées et séchées. Le beurre ne doit pas roussir. Au fur et à mesure que les gnocchis remontent à la surface, preuve qu'ils sont cuits, les sortir à l'aide d'une écumoire et les déposer dans la poêle pour qu'ils s'enrobent de beurre. Lorsque tous les gnocchis sont dans le beurre. C'est prêt ! Servir immédiatement, dans une assiette, creuse de préférence, c'est plus joli !. Mon conseil Comme indiqué plus haut, les gnocchis peuvent être congelés avant cuisson. Il faut prendre soin de les placer dans le congélateur sur une plaque sans qu'ils se touchent afin qu'ils ne collent pas entre eux. Une fois congelés, ils peuvent être regroupés dans un sac plastique. C'est bien commode pour régaler famille ou amis qui débarquent à l'improviste !

  • Poêlée de cèpes: la recette toute simple

    On profite de la saison des cèpes pour cuisiner un plat ultra simple, aussi rapide à réaliser que délicat et savoureux à déguster: une poêlée de cèpes. Cette recette d'automne végétarienne est facile et inratable, à condition de respecter deux règles : ne pas laver les champignons à grande eau mais juste éplucher les pieds et nettoyer les chapeaux avec un pinceau humide par exemple ; ne pas les surcuire pour qu'ils gardent une texture moelleuse et leur parfum boisé. Ingrédients pour 2 personnes 4 à 6 cèpes de taille moyenne (suivant grosseur) une gousse d'ail débitée en fines lamelles huile d'olive une noix de beurre sel et poivre ciboulette Progression Après avoir nettoyer les cèpes, les couper en deux dans la longueur pour vérifier qu'il n'y a pas de... locataires ;) Puis débiter les bolets en morceaux d'1,5 cm environ, en séparant les têtes des pieds. C'est le truc du Chef Jean-François Piège car les pieds cuisent plus vite que les chapeaux. Dans une poêle, verser une cuillère à soupe d'huile d'olive et lorsqu'elle est chaude - mais pas brûlante - jeter les têtes des cèpes et les faire sauter une à deux minutes. Remuer puis ajouter les pieds et poursuivre la cuisson, deux minutes de plus. Enfin, ajouter pour les deux minutes restantes (donc en tout une cuisson de 5 à 6 minutes) les lamelles d'ail, tout en continuant de remuer la poêle pour que l'ail ne brûle pas. Saler et poivrer généreusement et terminer en faisant fondre la noix de beurre. Mon truc perso : plutôt que d'ajouter du persil, je termine en ajoutant juste avant de servir un peu de ciboulette finement ciselée. C'est prêt. Mon conseil Bien pratique : la poêlée peut être précuite à l'avance. Dans ce cas, n'ajouter l'ail qu'au moment du réchauffage. Attention toutefois de réchauffer rapidement et à feu vif, toujours pour éviter la surcuisson qui rendrait les cèpes molles.

  • Gamberi fritti, les gambas panées à l'italienne

    En amuse-bouche, antipasto, en entrée, ou même en plat principal, les gambas décortiquées et panées à l'italienne sont un must de ma cuisine. Facile à faire, ces gamberi fritti se dégustent avec les doigts (ou avec une fourchette aussi, évidemment), accompagnées d'une petite mayonnaise légère citronnée. Trop bon ! Ingrédients pour 2 personnes Entre 6 et 10 gambas crues (suivant que la recette soit une entrée ou un plat) farine chapelure maison ou panko 2 œufs battus sel, poivre Pour la mayonnaise 1 jaune d'oeuf extra frais 1/2 cc de moutarde forte huile neutre 1 cc de jus de citron sel ciboulette Progression Faire une mayonnaise avec les ingrédients ci-dessus, ajouter la ciboulette ciselée et mélanger. Filmer au contact de la sauce et réserver au frigo. Décortiquer les gambas, faire une légère incision sur le dos pour ôter le filament noir (l'intestin), passer sous le robinet puis sécher soigneusement avec de l'essuie-tout. Passer successivement les crevettes dans la farine, les œufs battus salés et poivrés, puis la chapelure. Bien tasser avec la main pour faire adhérer la panure. Mettre à chauffer l'huile à feu vif dans une poêle. Il faut un bon centimètre d'huile pour éviter que les crevettes n'attachent. Pour que l'huile soit à bonne température, faire le test d'un peu de chapelure dans l'huile : il faut qu'elle soit immédiatement saisie. Mettre à paner les crevettes sur les deux faces. Il faut compter environ 1 minute de chaque côté pour une jolie dorure. Débarrasser sur du papier absorbant pour ôter l'excédent de gras et réserver au four à 60°, si vous les préparez en avance, ou servir directement. C'est prêt ! A servir avec la mayonnaise citronnée.

  • Spécial Halloween : spaghetti all' Assassina - la recette de pâtes à la meurtrière

    Voilà une recette idéale pour Halloween ! Les spaghettis à l'assassine ou à la meurtrière, sont un primo piatto italien, facile à réaliser, délicieux et du meilleur effet vampire ! Spécialité de Bari, dans les sud de l'Italie, cette recette ne nécessite que très peu d'ingrédients : des pâtes, de la sauce tomate - bien rouge évidemment, de l'ail et du piment fort, car le tout doit être puissamment relevé. L'originalité des spaghettis all' Assassina réside dans le mode de cuisson : à la poêle et non dans une grande quantité d'eau salée, ce qui lui confère à la fois du croustillant et du crémeux. Un régal. Je vous explique tout ! Ingrédients pour 2 personnes 200 g de spaghettis 1,5 l d'eau 3 ou 4 cs de concentré de tomates (en tube ou en conserve) 80 g de sauce tomate (maison, ou en bocal ou en conserve; nature ou au basilic, par exemple) 1 belle gousse d'ail frais 1 piment rouge frais (ou à défaut sec) 1 cs d'huile d'olive sel Ustensile Il est indispensable d'avoir une grande poêle pouvant contenir les spaghettis entiers à plat. Progression Mettre à bouillir l'eau, sans la saler, puis, mettre à feu minimum et y verser les 3 ou 4 cuillères à soupe de concentré de tomates. Bien mélanger. Il faut que la couleur se rapproche de celle du sang frais. Evidemment ;) Réserver ce bouillon. Laver et couper en petits morceaux le piment; éplucher et émincer l'ail. Dans une grande poêle, mettre à chauffer l'huile d'olive et y déposer le piment et l'ail. Dès qu'ils commencent à dorer légèrement, ajouter la sauce tomate. Mélanger et laisser cuire à feu plutôt vif pendant environ 5 mn, tout en surveillant afin que cela n'attache pas. Déposer les spaghettis dans la poêle - comme indiqué sur la photo, puis, toujours à feu assez vif, les laisser commencer à attacher sans les remuer. Là réside LE truc de cette recette. Les spaghettis doivent légèrement caraméliser au fond de la poêle. Ce n'est donc qu'au bout de 2 à 3 minutes, qu'on verse une louche de sang - enfin je veux dire du bouillon de concentré de tomates ;) . Puis, tel un risotto, mélanger avec une spatule, toujours à feu assez vif, jusqu'à ce que le liquide soit absorbé. Renouveler l'opération, louche par louche, jusqu'à ce que les spaghettis soient al dente, soit environ 7 à 8 minutes. A ce moment là, la sauce est devenue bien crémeuse grâce à l'amidon libéré par les pâtes. Rectifier l'assaisonnement en sel si besoin, mais attention la sauce tomate est déjà salée. C'est prêt ! Servir immédiatement dans une assiette creuse, préalablement réchauffée si possible. Mon conseil On peut décorer avec du persil haché et/ou proposer du parmesan râpé. Mais traditionnellement, les spaghettis all' Assassina sont à la fois croquants, crémeux et très épicés et se servent donc tels quels.

  • Pancakes au potimarron : une recette antigaspi pour Halloween

    Il vous reste un peu de purée de potimarron ? c'est idéal pour préparer de délicieuses pancakes. Voici une recette antigaspi toute simple, rapide et inratable. Cette recette végétarienne de pancakes aux restes de potimarron fera un dessert original pour Halloween, ou tout simplement pour la saison automne-hiver. A déguster telles quelles, froides ou chaudes, natures ou accompagnées de sucre, sirop, fruits, voire de chocolat, etc. Trop bon ! Ingrédients pour environ 10 pancakes 300 g de purée de potimarron (sans crème, ni beurre, juste le légume cuit et réduit en purée) 170 g de farine 60 g de sucre (cassonade de préférence) 2 oeufs 1 cc de cannelle (ou 4 épices éventuellement) 50 ml de lait Pour la garniture Fromage blanc (ou crème fraiche) Fruits au choix : framboises, noix etc. Sirop d'agave ou d'érable Progression Dans un saladier disposer la farine, le sucre, le lait et les oeufs. Bien mélanger. Ajouter ensuite la purée de potimarron et la cannelle. Mélanger à nouveau. Il faut obtenir une texture souple, plus épaisse qu'une pâte à crêpes mais pas trop quand même. Voir la photo ci-dessous. Mettre à chauffer à feu vif, sans matière grasse, une poêle à crêpes. Lorsqu'elle est bien chaude déposer des petits disques de pâte d'environ 8 cm de diamètre. On peut en disposer jusqu'à trois en même temps. Au bout de 2 mns, passer une spatule sous les disques qui doivent se détacher facilement. les retourner et poursuivre la cuisson une minute de plus. Débarrasser. C'est prêt ! A déguster chaudes immédiatement, tièdes ou froides, ces pancakes sont divines. Moi j'ai une nette préférence pour une garniture de fromage blanc surmonté de quelques framboises fraîches et de quelques gouttes de sirop d'agave. Mon conseil Ces pancakes se conservent très bien 24 à 48h à température ambiante, dans une assiette recouverte de film alimentaire. A essayer avec d'autres sortes de courge si vous le souhaitez ;)

  • Székelygulyás, le fameux ragoût hongrois de porc à la choucroute

    Le székelygulyás (prononcer Cékeygouyach) - littéralement goulash de Székely - est peut-être mon ragoût hongrois préféré. Il s'agit d'un pörkölt de porc qui mijote avec de la choucroute. On le sert bien chaud avec une cuillère de crème aigre (ou fraîche) ajoutée au dernier moment dans les assiettes. Son origine est amusante. Selon le célèbre cuisinier hongrois Gundel Károly, ce plat aurait été imaginé en 1846 par un écrivain, József Székely. Venu tardivement à son auberge habituelle de Budapest, l'Arany Ökör, on lui aurait dit qu'il ne restait plus que du pörkölt de porc et de la choucroute cuite. Il aurait alors demandé qu'on lui réchauffe les deux ensemble. Ce plat lui aurait tellement plu qu'il l'aurait plusieurs fois recommandé par la suite avec ses amis, sous le nom de chou "à la Székely". Plus tard, le grand poète hongrois Petöfi Sandor l'aurait baptisé székelygulyás (1). Ce plat est facile et rapide à faire, il faut juste le laisser mijoter un peu. Il est plutôt léger - la choucroute en soi est peu calorique - économique et encore meilleur réchauffé. Si vous ne connaissez pas, il faut absolument l'essayer ! Ingrédients pour 2 personnes 300 g de porc (dans l'épaule par exemple) 500 g de choucroute cuite (ou crue) 1 à 2 cs de paprika (doux et piquant) 1 gros oignon huile neutre, type tournesol sel, poivre 1 à 2 cs de crème fraîche Progression Découper le porc en cubes de 2 cm. Eplucher l'oignon, le ciseler finement et le faire revenir dans une casserole avec un peu d'huile (évidemment, à l'origine les Hongrois utilisaient du saindoux...). Ajouter les morceaux de viande à feu moyen puis parsemer de paprika (dans l'idéal moitié doux, moitié fort, si on n'aime bien le piment fort). Saler puis mouiller d'eau à hauteur, couvrir et laisser cuire environ 20 minutes. Lorsque le jus a pris un joli ton rouge corail, ajouter la choucroute et poursuivre la cuisson encore une dizaine de minutes. Rectifier l'assaisonnement en sel et poivre. C'est prêt ! Certaines recettes préconisent alors d'ajouter dans la sauce un mélange de farine, crème et eau, à la manière d'un paprikás. Maman ne le faisait pas, moi non plus. Je préfère le székelygulyás tel quel. Servir dans des assiettes creuses avec une cuillère plus ou moins généreuse, selon les goûts, de crème aigre ou fraîche. (1)Source : "Spécialités hongroises", ed. Culinaria Könemann

  • Pâtes aux cèpes fraîches et à la crème de parmesan

    Une recette avec des cèpes, ça tombe bien car en ce moment, pour une fois, ces précieux champignons sont un peu plus abordables, en raison de la grande sécheresse de l'été. Voici donc une recette italienne de saison : pasta con crema di Parmigiano e funghi porcini. Je l'ai dénichée, une fois encore, sur le site Giallo Zafferano. C'est une recette rapide, simple et plutôt légère. En effet, contrairement à son intitulé, cette recette de pâtes n'est pas alourdie de crème, beurre ou autre béchamel. Juste du parmesan fondu dans du lait chaud... et évidemment un peu de bonne huile d'olive pour faire sauter les bolets. Une recette gourmande et délicate à tester sans tarder. Ingrédients pour 2 personnes 160 g de pâtes (type penne par exemple) 150 g de cèpes fraîches 1 gousse d'ail 1 branche de thym huile d'olive sel poivre Pour la crème de parmesan 125 g de parmesan (à râper au dernier moment de préférence) 75 g de lait demi-écrémé poivre Progression Râper le parmesan et réserver. Nettoyer les cèpes (le chapeau avec un pinceau humide, par exemple, et gratter avec un couteau la base terreuse du pied) puis les couper en lamelles d'environ 1/2 cm. Dans une poêle, faire chauffer de l'huile d'olive et y faire dorer les cèpes pendant 5 à 6 minutes avec la branche de thym et le sel. Ajouter en cours de cuisson l'ail débité en fines lamelles (il ne doit pas brûler!) et poivrer. Baisser le feu en attendant que les pâtes soient cuites al dente et réserver quelques cèpes pour la présentation. Pendant ce temps mettre à bouillir de l'eau salé dans une cocotte puis y jeter les pâtes. Pour la crème de parmesan Pendant que les pâtes cuisent, verser le lait dans une petite casserole. Lorsqu'il est bien chaud, baisser le feu au maximum et ajouter le parmesan. Mélanger délicatement pour permettre au parmesan de fondre et de former une crème nappante. Poivrer généreusement. Lorsque les pâtes sont cuites, les égoutter et les ajouter dans la poêle aux cèpes. Mélanger, puis éteindre le feu. Verser enfin la crème de parmesan sur les pâtes aux cèpes et mélanger intimement, toujours hors du feu. C'est prêt ! Servir immédiatement dans des assiettes creuses chaudes et décorer avec les quelques lamelles de cèpes réservées et un dernier tour de moulin à poivre. Mon conseil Hors saison, la recette peut être réalisée avec des cèpes déshydratées ou des champignons de Paris.

T&T tradition transmission